© Valve

Une joueuse américaine sauve son partenaire de jeu anglais qui faisait un malaise

Le "heal" dans la vraie vie des deux côtés de l'Atlantique.

Qui aurait pu croire que jouer à un jeu vidéo en ligne avec un·e partenaire à l’autre bout du monde pourrait potentiellement vous sauver la vie ? C’est pourtant ce qui s’est passé ce week-end, comme le rapportent conjointement la BBC et Sky News.

Dia Lathora, une Texane de 21 ans faisait une partie de Star Wars : Battlefront II avec un coéquipier de longue date, Aidan Jackson, jeune britannique de 17 ans. Elle commence à s’inquiéter lorsqu’il lui explique qu’il va s’allonger, confiant qu’il "se sentait tout drôle" tout en laissant le micro ouvert vers son lit pour continuer à lui parler.

Publicité

Après quelques minutes sans réponses, Dia commence à sérieusement s’inquiéter et décide d’agir. Connaissant l’adresse de son ami anglais, elle réussit à contacter la "sécurité publique" (un équivalent de la police locale) à Widnes, dans le comté de Chester, au nord-ouest de l’Angleterre.

Un appel outre-Atlantique salvateur

Le rapide réflexe de Dia Lathora a permis aux autorités compétentes de vérifier l’état d’Aidan Jackson. L’adolescent était dans sa chambre mais en avait fermé la porte. Ses parents, depuis le rez-de-chaussée, ne pouvaient pas être alertés de son état. Une ambulance est arrivée, a expliqué à la mère du jeune garçon la situation avant de trouver Aiden inconscient dans son lit. Les analyses effectuées à l’hôpital ont ensuite confirmé que le jeune homme avait fait une crise.

Publicité

L’histoire se finit bien. Le jeune britannique rentrera vite chez lui après avoir fait une batterie de tests préventifs à l’hôpital. La famille Jackson a évidemment remercié Dia Lathora et les services d’urgence pour leur réactivité, surtout "compte tenu des 7 600 kilomètres qui séparaient les deux joueurs".

Le jeu vidéo n’est nullement la cause dans cette crise (ce n’est pas de l’épilepsie), en revanche les parents ont tout de même décidé que Aiden laisserait désormais la porte de sa chambre ouverte.

Dans l’immense nébuleuse du gaming, il existe une terrible pratique qu’on appelle le "SWATing". Cela consiste à passer un appel anonyme à la police, prétextant un danger immédiat à l’adresse d’un streamer en live pour que le SWAT y débarque de manière assez violente. Ce week-end, les autorités anglaises ont été témoins de l’opposé parfait du SWATing, le "Healing" à distance.

Publicité

Par Pierre Bazin, publié le 13/01/2020

Pour vous :