Prince of Persia va reprendre vie... Mais, en fait, pas vraiment

Ubisoft a annoncé le retour de sa franchise sous forme d'un Escape Game en VR.

C’est une nouvelle comme qui dirait en demi-teinte. Alors que la franchise était morte et enterrée depuis quelques années, Prince of Persia fait à nouveau parler de lui.

Malheureusement, ce n’est pas pour annoncer un nouveau jeu : Ubisoft a en effet annoncé la création d’un Escape Game en réalité virtuelle, qui s’inspire de l’épisode Les Sables du Temps de la saga.

Publicité

Prince of Persia : la Dague du Temps sera le troisième Escape Game d’Ubisoft, qui en avait déjà créé deux sur le thème d’Assassin’s Creed : Beyond Medusa’s Gate et Escape the Lost Pyramid, que l’on peut d’ailleurs toujours faire à Paris en ce moment.

Contrôler le temps pour résoudre des énigmes

Comme dans le jeu de la saga, les équipes de deux à quatre joueurs pourront contrôler le temps pour résoudre les énigmes et sortir de la Forteresse du Temps.

Le communiqué d’Ubisoft précise que "l’histoire commence par un appel à l’aide de Kaileena, l’Impératrice du Temps. Elle a besoin des joueurs pour déjouer les plans diaboliques d’un Mage qui essaie de restaurer les Sables du Sablier du Temps pour créer une armée de Monstres des sables."

Publicité

Cyril Voiron, producteur exécutif du programme Ubisoft Escape Game, a expliqué la démarche : "tout le monde a, au moins une fois dans sa vie, rêvé de contrôler le temps ! C’est désormais possible grâce à notre nouvel escape game en réalité virtuelle au cours duquel les joueurs pourront utiliser la Dague du Temps et vivre des aventures plus vraies que nature."

Le jeu est développé par Ubisoft Düsseldorf et sera disponible dans plus de 300 sites dédiés au divertissement au printemps prochain. Bonne nouvelle : on pourra en trouver un à Paris.

Une bonne façon pour les fans de retrouver la franchise, car nous n’avons pour l’instant aucune nouvelle d’un nouveau jeu Prince of Persia. Le dernier épisode était Les Sables oubliés, sorti en 2010.

Publicité

Par Victoria Beurnez, publié le 13/02/2020